=======================> M. Pones is GREAT ! (but)

lundi 16 juin 2008

ANNIVERSAIRE ::: UN AN / NOUVEAUTES, INFOS

Sans_titre_5

Voilà donc un an, depuis hier, que j'ai eu la mauvaise idée de démarrer un blog. Au début les couleurs étaient horribles, je ne maîtrisais rien, puis il fut un moment où je suis devenue accro, plus d'un message par jour. Je me suis calmée, heureusement pour vous, j'imagine même pas les briques que vous auriez en retard si je recommençait à être aussi prolifique.

Donc un an, d'un 15 juin à un autre, plus de 270 messages, 9600 visiteurs, 17800 pages vues. Je pense qu'il est temps d'apporter un peu de changement par ici, à commencer par les sujets abordés.

Je m'engage à écrire un peu plus souvent, pas de trop pour ne fatiguer les yeux ni l'esprit de qui que ce soit. Je posterai sûrement de plus en plus souvent des vidéos, voire des playlistsplaylists histoire de faire découvrir un peu plus ce que j'aime en musique à tous les gens qui passent par ici. Il s'agit d'un désir de partager plus en en disant parfois un peu moins. Varier le propos en touchant un peu plus à tout, pour se faire plaisir en goûtant à tout.

Également de nouvelles rubriques à venir, comme une de portraits, de groupes, de quoi un peu s'élever la culture sans bouger de mon blog. Ha ha, ça va être bien.

Il se peut aussi que je déménage bientôt vers un autre terrain bloguien, je vous tiendrai informés comme il se doit. Une adresse plus simple à retenir, un design à peu près pareil, pas de quoi s'y perdre, je rassure tout le monde ^^

Donc voilà, c'était les news, je vous laisse en bonne compagnie avec mes Kings of Leon, chouchous du moments.


Je tiens aussi à remercier ceux qui passent régulièrement, me suivent depuis le début, ceux qui prennent la peine de me laisser des commentaires, pour dire que ce qu'ils ont lu les a touchés, qu'ils s'y retrouvent, qui pensent comme moi que le chocolat c'est qu'une drogue de fille, ceux qui ont souri, froncé un sourcil, ceux que je dérange, ceux qui m'emmerdent, ceux qui pensent que la vie vaut la peine d'être vécue comme une putain de folie.

J'ai rien à vous offrir que mes textes, en espérant que vous apprécierez la suite, plus qu'avant, ou tout autant. Merci

"Je vais prochainement déménager chez over-blogover-blog".

Sans_titre_4

Posté par MWASINONTWA à 23:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


mercredi 11 juin 2008

L'instant miroir dans la peau, sous mes ongles.

jlhgCe que j'aime dans mes vacances anticipées, c'est cette décadence princière qui s'observe dans tout ce que je fais. Du refus de me lever à l'aube, au simple plaisir de pouvoir faire de la guitare sans se voir engueuler parce qu'autrui juge qu'on devrait avoir mieux à faire.

Il n'y a jamais mieux à faire que ce que nous voulons faire. C'est tellement radical comme vision des choses, autrement. Si l'on abandonne notre instinct pour une vie faite de "je le fais, parce qu'il faut", certaines nécessités sont ou deviennent alors risibles.

Je peux m'asseoir dehors, je peux chanter, je peux enfin manger des fruits, faire du sport, essayer de me calmer les nerfs. Rien que le plaisir de savoir que ce que l'on fait est défendu aux autres. Parce qu'ils travaillent encore, parce qu'ils ont une vie autrement trépidante dans leur monotonie.

Je suis occupée à changer de manière de m'exprimer, on passe de l'explosion, à l'implosion permanente, un feu de joie pas si heureux que ça si l'on tient compte de certaines choses qui se passent dans ma vie. Comme mon attachement à des gens qui doivent s'en aller parce que j'ai délaissé chez eux le terreau d'un poison acide. Sans le vouloir.

Parce que j'aime toujours trop fort, trop vite, à l'excès. C'est mon défaut, ma pique initiale, celle qui me rallie au pouvoir d'écrire, de pouvoir m'exprimer avec force comme personne ne peut à priori le faire. Mais même cette montée fulgurante, je la chéris. Parce qu'elle n'est pas gratuite, elle vaut la personne qui se trouve en face, elle vaut ses agissements, ce qu'elle me dit, ce qu'elle ressent en elle ou pour moi.

Il y a des sentiments que je ne délaisse pas. Parce qu'ils sont vrais, de petites perles magnifiques qu'on pourrait ne jamais revoir de sa vie. Un instant magique qu'on espérait à peine. Et si la fiction décidait un jour de se joindre à ma réalité, sûr qu'il en résulterait un bien plus grand bonheur.

"I wish I were a Warhol silk screen
Hanging on the wall
Or little Joe or maybe Lou
I'd love to be them all
All New York city's broken hearts
And secrets would be mine
I'd put you on a movie reel
And that would be just fine
."

Posté par MWASINONTWA à 21:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

KOL-MILK

Posté par MWASINONTWA à 14:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

mardi 10 juin 2008

Quand c'est l'EURO qui couille.

5686

Ouais j'aime le footchball

Genre Hystérico-magnifique devant le match d'hier soir, incroyable défaite de l'Italie face à une équipe hollandaise redoutable dans son nouveau positionnement des joueurs. Un 3-0 où, ouais je fais ma chieuse, le premier but a été volé par un hors-jeu éclatant non signalé. La haine.

kf

Un bon quart d'heure de râlerie quand même...

Posté par MWASINONTWA à 16:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

samedi 7 juin 2008

IMPROFUSION :: CA me tente et m'obsède

Humpf.

Pas très présente pour le coup. Je ne laisse même pas traîner mes coups de coeurs du moment, ni les petits bouts de pensée qui vous ravissent. Je suis en pause cerveau complète. Pas la régénératrice, l'autre, celle qui anesthésie des pieds à la tête, qui rend mélancolique, je ne supporte rien, je suis cynique, détestable, archi-mauvaise, j'enclenche des trucs qui me font plaisir mais que j'auto-détruis de moi-même. N'importe quoi.

jhlk

" Ça me tente et m'obsède. Une chose qui s'est présentée à moi comme une évidence, un plaisir rare de se savoir vivante pour autrui."

Et puis je ne sais plus quoi dire, quoi faire. Parce que je n'ose pas m'embarrasser de déplaire quand je m'offre à ce point. C'est peut-être qu'il me manque l'autre miroir, celui qui permet de voir toutes les magnifiques facettes de l'autre, sans quoi je me perds en flatteries qui peuvent se trancher à tout moment sur les pics qu'on pointe vers moi .

Toujours en Danger, une personne qui se pose trop de questions, après coup, avant coup, qui ne prévoie rien mais regrette, ou fait se retarder certains moments qui pourraient la calmer. Si seulement je m'arrachais ces oeillères qui me préservent inutilement, peut-être suis-je enfin assez forte que pour étaler mon coeur et le voir être dédaigné, jeté par l'embrasure d'un porte, pauvre muscle romantique qui ne cherche qu'à battre pour mon bien.

Je suis bien, mais ça me dévore. Réellement.

Posté par MWASINONTWA à 15:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]



Fin »