jeudi 27 décembre 2007

CHERCHE GLORK

Selon le Robernicus Laroussien, mon dictionnaire à moi (page 587),  le mot Glork est apparu à ma naissance. Il s'agit de fait du mot le plus répété dans le monde par les personnes esseulées et en manque d'affection.

   
Pour tout le peuple, voici donc la définition en exclusivité mondiale :

"Le glork, mot neutre singulier, est une espèce relativement en voie de disparition vivant la plupart du temps dans l'imaginaire des femelles [...]  qui croient encore au prince charmant. Il est le plus beau à leurs yeux, n'a jamais de mycoses aux pieds, il sait être serviable, attentionné, [...] et ses yeux sont vert-bleu, ou bleu-vert, c'est selon. Sa mère, la belle-Glork, ne posera jamais de conditions à sa belle-fille, tout se passant pour le mieux dans le meilleur des mondes."

    Le_monstre_a_la_valise_by_Who_Is_Chill
    Le Glork peut donc devenir notre essence de vie, l'être le plus aimé au monde. Rien ne peut venir contrarier l'union, tout semble propice aux confidences et aux rires communs. On peut mettre des années à le trouver, parce que nous sommes des milliards à vivre à la recherche de la perle rare, la personne qui comprend tout ce que l'on fait et pourquoi on le fait. Jamais de questions déplacées, jamais de sous-entendus douteux. On apprécie la personne pour ce qu'elle est, et c'est tout.
   
On doit subir des passages à vide, des larmes à outrance, envoyer des appels de détresse quand on sent que l'on coule dans la fosse des reclus d'amour. Il y a ceux qui attrapent le Glork au détour d'une rue, ceux qui n'en ont jamais eu, ceux qui en ont fait leur meilleur ami, ceux qui l' ignore en croyant que cela leur permettra de mieux vivre.
   
Il y a tellement d'histoires qui ont été gâchées par de mauvais choix, par des prises de pieds dans le tapis des illusions. Jamais on ne s'était découvert ami plus affectueux que la solitude des temps modernes. Et voilà que surgissant de derrière notre épaule, le Glork nous tape la converse sans même savoir qu'il est si important à nos yeux que l'on déplacerait des iceberg pour sa poire. Alors, sans même faire comme si le temps avait changé et qu'il s'était teinté de rose et de bulles bubble-gum, on fait un pas de côté, on tend les mains, en attendant que l'autre comprenne qu'on lui offre son coeur tout entier.
   
   
    " L'amour, ma maladie de coeur, a mis mon esprit par dessus les étages, comme si je n'avais pas peur du vide."
   

Mise en situation : Chacun son glork, un glork pour chacun.

Posté par MWASINONTWA à 16:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur CHERCHE GLORK

Nouveau commentaire