lundi 17 décembre 2007

LA GAMINE QUI DEVAIT DESCENDRE DU TABOURET ::: TU RÊVES

Don__t_worry__be_Onion_by_ClaireBeauchamp

Dans 5 jours, je deviens une grande fille. Cela veut dire que je ne pourrai plus me faire de couettes ni manger des bonbons, et que je devrai me tartiner des navarro plutôt que des Docteur House. Je devrai changer ma garde-robe et virer style mamy-robe à pois. Tu rêves

D'abord parce qu'il est loin le temps où je me badinerai sur mon quotidien avec mes proches, et secundo, je suis en mode couleurs et décadence depuis 4 mois, et ce n'est pas mes 20 piges qui vont me ratiboiser le moral. Soyons modernes, pensons "Smoothie-converse-musique", négligeons de faire notre lit, passons au plan B de l'armada JKASSLÉCOUILL : manger de la culture jusqu'à en faire vomir les gens qui tourne autour de notre base.

J'ai juste passé un week-end harassant, je n'ai rien laissé de côté. Trois gamins à garder le vendredi après-midi et tuGood_Girl_by_drahomira comprends le calvaire d'être une mère : être enceinte c'est donner naissance à des monstres. Cendrillon sur la téloche, un quart d'heure plus tard, la copine de mon frère number one (4 ans au compteur de la vie) me lance que je suis une crétine. J'apprécie la douceur de l'enfance qui s'épanouit devant mes yeux, surtout que le commentaire (gratuit) n'était pas justifié : MONA N'AVAIT PAS BOUGÉ UN SEUL PORE DE SA PEAU. Je balance un sourire ironique, je lui tourne le dos, mais le singe en décide autrement, la gosse se place devant ma tête en gigotant, dédaignant Javotte et Anastasie en pleine distribution de baffes, et après une chorégraphie à la mode Techtonik, elle décide que je ne suis plus une ignare: "Tu es une coquine". Je n'ai pas compris.

Je me souviens que quand j'étais gosse j'étais assez directe, mais plutôt dans le genre honnête. Je ne disait pas la vérité pour pourrir la vie d'autrui, je la disais pour me dépêtrer du mensonge. Je suis une menteuse, pour ce qui me touche, et me tient de près. Je ne dirai jamais la vérité sur ce que je ressens, sur ce que je pense, sur ce que j'ai fait. Parce que tout consiste à clouer les pans de mon intimité assez loin sur la plaine que pour éviter d'accéder au centre du chapiteau sans ma permission. Alors je plantais le décor : "tu es moche, j'aime pas les patins que tu m'offres, la couleur est horrible, c'est dégueulasse ce que tu veux me faire manger, tu pues, t'irais pas te moucher ?". De la finesse, toujours.

Il ne faut pas changer ses habitudes parce qu'on passe d'un calendrier à l'autre. Une année qui succède à la précédente ça crée toujours le mythe de "prendre de bonnes résolutions", comme si on allait marquer un tournant magistral en maigrissant de 300 grammes. C'est futile, complètement dégradant. Je ne compte pas les ratés, ceux qui bavent à terre dès qu'ils voient une personne en laquelle ils s'identifient pleinement. On a tous des rêves, on a tous une vie pour faire de nous ce que nous pourrions faire de mieux. On nous donne un corps pour l'apprentissage, un cerveau pour la logique, une âme pour rester intègre. Malgré ça, tous les boulots plaquent une marque scolaire sur notre peau, pour éviter que l'on prenne la dérive. L'argent, ça sert à nourrir vos gosses, à payer le loyer, l'édredon qui couvre votre lit sera sans plumes, et rien de plus pour votre plaisir.

Quand tu rentres chez toi, tu souffles. Ce n'est pas pour rien.

C'est des pensées qu'on saccage, des idées qui meurent au passage de la charrue qui laboure les travées de la chair. J'ai toujours un bloc-notes dans mon sac, un bic dans ma poche, au cas où je me révolte sur la troisième dalle d'un trottoir. Ça arrive, ça me prend constamment. Parce que si j'oublie, c'est grave, c'est que je ne prend plus le temps de m'intéresser à ce que je fais, et que je n'ai plus les mains sur le guidon. J'ai déjà eu très peur, pendant quelques années, mais je ne ferai plus jamais une chose pareille.

Tout est important, rien ne l'est moins qu'autre chose.   

   

Posté par MWASINONTWA à 22:52 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


Commentaires sur LA GAMINE QUI DEVAIT DESCENDRE DU TABOURET ::: TU RÊVES

    A pres tout avoir 20 ans ça veut dire quoi hein? C'est juste un jour de plus parmis tant d'autres... et en prime on a des supers cadeaux!
    C'est top enfait^^

    Posté par polyne, mardi 18 décembre 2007 à 18:57 | | Répondre
  • je suis en train de tomber amoureux de ton style d'écriture !
    20 ans et écrire comme cela c'est extraordinaire, je suis jaloux et j'assume, tu m'apprends à écrire à moi aussi ?
    j'essaierai d'être là sans faute le 22.

    Posté par Filou, jeudi 20 décembre 2007 à 00:20 | | Répondre
  • J'ai une sainte horreur des blogs à texte.
    C'est souvent chiant.
    Mal écrit.
    Long. (TROP long)
    Inintéressant.
    Et l'écran pulvérise mes mirettes.

    Par contre, j'adore écrire.
    J'adore lire. ( des livres )
    J'adore ton style.
    Ton humour teintée d'ironie.
    Et là, ce qui me pulvérise les yeux, c'est plus ton talent qu'autre chose.

    Jeune fille, je n'ai qu'une chose à dire: du haut de tes 20 ans, tu écris mieux que ma mère de 49 ans.

    Et mieux que moi, de 17 ans. ( mais ça, ça se comprends)

    Merci d'avoir mis un commentaire sur le blog de Big Girl ( http://gniarkgniark.canalblog.com ) sans quoi, je serais vraiment passée à côté de quelque chose.

    Bonne continuation ^^

    PS: je me suis sentie obligée d'essayer de bien écrire, mais bon, c'est pas encore ça hein.

    Posté par LN, jeudi 20 décembre 2007 à 12:31 | | Répondre
  • hé hé bientôt the day-D alors... avec un peu d'avance (pas sûre demain de me conecter) je te souhaite 20 belles bougies, 20 bonheurs immenses cette année, 20 larmes d'émotion (parce que sans émotion on meurt...), 20 bonnes nouvelles...

    Posté par Le Chat, vendredi 21 décembre 2007 à 21:11 | | Répondre
  • erf shame on me je n'ai pas pu venir te faire un tit coucou le 22.
    joyeux anniv quand même et continue de nous émerveiller !

    Posté par Filou, lundi 24 décembre 2007 à 02:35 | | Répondre
Nouveau commentaire