mardi 27 novembre 2007

COCOTtE De meRdE, le sOLEIl PoUr PErrUQUe

Image hébergée par servimg.com

Le monsieur "grand malade" du jour : je désigne Gauvain. Il a réalisé ce dessin de moi sans ma permission, et c'est tant mieux. Grâce à ça, je suis devenue narcissique en deux secondes, tellement j'aime, tellement je m'adore. Vive moi et mes brushings qui ne tiennent pas une journée (ce n'est pas faute de tirer de tout mes meugnons petits muscles sur la brosse ronde), vive moi pour mes jeans à ourlets (où t'as été cherché ça ??) et vive moi et ma pitch'oune. Le détail qui touche : les vans, magnifiques représentantes de la culture pop, toujours haïes par moi-même, car portées par des triples nazes. M'enfin là je trouve qu'elles me donnent l'air de marcher avec des chaussons, et c'est doux.

Voilà donc, après le grand plaisir du jour, les grandes désillusions contemporaines :

Les gens sont tous à baffer. De dehors, toujours calme je suis, stoïque, impassible, et dedans, c'est eux que j'écrabouille sous mes pieds, saloperie, méchanceté accrue par leur mesquinerie. Il y a des jours comme ci, des gens comme ça.

Je vais faire un massacre dans une rue fréquentée, les yeux éclatés par la fureur d'avoir été scraboutchée par un inconnu.

Je hais le type qui bloque l'escalator, alors que de mes yeux je vois le métro me passer sous le nez. Je hais attendre le train pendant des heures dans le froid (saleté de conducteurs de chouk chouk). Je hais devoir payer mes trajets sans me faire contrôler une seule fois. Je hais ne pas encore avoir reçu mon magazine scrogneugneu, je hais tomber sur un (le seul) morceau pourri de ma mandarine et de ne m'en rendre compte que quand il est bien écrasé entre mes dents, dans ma bouche, béééééékeusss !

Donc comme il m'en arrive des vertes et des pas mûres, j'ai le cerveau en hallucination. Je suis en téléportation mystérieuse vers "cui cui land". Magnifique. Le tout sans fumer aucun petch, sans boire aucun alcool, sans sniffer. Pas bien ça. Peut-être que je suis atteinte, mais vous l'êtes plus que moi, ils y a ceux qui ignorent qu'ils ont une vie, et ceux qui le savent mais ne bougent pas de leur lit. Je suis au milieu, un parfait malentendu, vu que je sais que j'ai une vie, je la mange par tout ses côtés à la fois, pour ne pas risquer d'en perdre une seule miette. Je m'évade, tout le temps, je ne me restreints pas. Dur dur, d'être madame pic de glace quand mon coeur est plus mou qu'un chamallow passé au mixer et fondu sous les ondes de mon micro-wave oven. Mais je survis parce que je le vaux bien (dit-elle en faisant une choré de torture pour son cou, genre pub l'oréal, en moins sexy, mit torticolis à la clef), et parce que je viens d'engouffrer un Pim's, et nom de dieu, c'est very delicious smurk.

Bon bain d'hystérie

Posté par MWASINONTWA à 22:14 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur COCOTtE De meRdE, le sOLEIl PoUr PErrUQUe

    alors alors, ki a fait ce dessin

    ça me plaît, que je t'ai donné juste un petit plaisir ce jour de merde.

    Les autres choses qui t'embêtent, je les déteste aussi. Mais j'ai confiance en toi Keep on rockin' in the free world, you're gonna get where you're going.

    Posté par Gauvain, mardi 27 novembre 2007 à 19:54 | | Répondre
  • hey! j'aime ta philosophie :p, et merci bp pour ton commentaire qui donne la peche meme, ou je dirais plutot, surtout de quelqu'un d'extérieur... j'ai pris ton msn donc si ça te dis...t'as le mien aussi
    thx again, free hugs like you said

    Posté par marine, mercredi 28 novembre 2007 à 17:13 | | Répondre
  • en tout cas le dessin est vachement bien réeussi! bravo pour le coup de crayon!

    Posté par missdanilo, jeudi 29 novembre 2007 à 19:08 | | Répondre
Nouveau commentaire