jeudi 8 novembre 2007

Et si l'autre était un inconnu

sjff_01_img0168

J'admets qu'il existe sur cette terre des barrés, des gens hors du temps, de leur propre tête, des bizarres et des étonnants. Ce que j'arrive moins à me représenter c'est cette espèce que l'on appelle :"el dinguo què cè ignoraé", autrement dit le timbré qui se croit normal. Ce genre d'espèce arrive souvent d'une planète, la planète des simples, des gens dénués de pensées maladroites, tous bien sur eux, tout à fait contents même si on les traite pire que le tas de cul-terreux le plus ignoré.

Il fait des choses absurdes, demande des autographes à des gens inconnus, se peint le visage en blanc, et vient dire bonjour en t'ayant parlé seulement deux minutes deux jours auparavant. Incroyable, il peut même prendre note de choses inutiles, c'est-à-dire le schéma d'un carré rempli de lignes, fait par le prof pour nous montrer ce qu'est l'alinéa, quand le simple rappel de la définition suffit. Il boit beaucoup, se dépense assez, n'a pas l'air de rêver, et passe son temps à cumuler les cours, il dérive sur les terres hostiles de l'étrangeté, un être à part, mais qui m'est désagréable. Il fait des bisous sur le côté, sa bouche se colle à ta joue, il sert la main à la moitié des gens d'un auditoire alors qu'il ne les connaît pas personnellement. Incroyable.

Il est là des heures à l'avance, mais en retard à chaque cours. Il a à son actif le record du plus grand nombre de questions posées en cours, il hoche la tête à chaque phrase d'un titulaire de cours, même si ce dernier vient d'annoncer sur un ton mortel "la baisse de production soja en Asie nous montre que les asiatiques concentrent le produit de leur économie autre part." Il te parle un charabia de langue française, comme si sa langue (au sens physique) voulait faire cogner le même son des milliers de fois contre chaque dent. Il te lance des "bonjour ça va" sur un ton nerveux, irritant à loisir.

Mais il fait passer les meilleures heures de cours de toute l'année, à savoir mon atelier d'écriture, où je me suis esclaffée comme une loutre, bidonnée sur mon banc miteux, avec deux espèces de cracougnoles experts en vannes de luxe. Merci, c'est tout ce que je peux dire.

Posté par MWASINONTWA à 22:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Et si l'autre était un inconnu

    LA PAUUUUUUUUUUUUUUUSE !

    Posté par Lipsticked, vendredi 9 novembre 2007 à 08:15 | | Répondre
  • C'est toi la cracougnole...

    Monette follette !
    Merci pour la barre chocolatée, sans elle je m'hypoglycémiais !

    Posté par Nore, vendredi 9 novembre 2007 à 19:12 | | Répondre
Nouveau commentaire